Dimanche 13 juin à 10h30

Eugène Delacroix, Exercices militaires des Marocains, 1832, Musée Fabre, Montpellier.

 Par Monique Vanlaer

Son voyage au Maroc allait hanter son esprit jusqu’au dernier jour. La révélation d’une lumière incomparable bouleverse ses conceptions artistiques. L’Orient lumineux, l’Orient beau comme l’Antique, c’est au Maroc qu’il le découvre : « Je suis étourdi de ce que j’ai vu. L’Antiquité vit sous mes yeux, Le Beau court les rues ». Sous sa plume, tout est prétexte – larges patios, déploiement de cavaleries, rochers, vallons – il tente de saisir l’insaisissable. Il se compose une nouvelle palette, les teintes vibrent entres  elles. « Venez en Barbarie, vous y sentirez la présence rare d’une lumière qui donne à toute chose une vie pénétrante. »