Patrick Dupretz, peintre et sculpteur

Du samedi 2 au dimanche 17 mars

L’oeuvre de Patrick Dupretz est essentiellement pérenne, publique et visible en France et en Belgique. Ayant trente et une références publiques de sculptures en hauts reliefs et peintures (dont deux stations de métro de Lille et le plafond peint de l’université de Lille 1), son style s’insère dans l’espace urbain.

Pour chacun de nous, la couleur est vue par les yeux et la musique entendue par les oreilles. Il est convenu que l’association de ces deux modes sensoriels et leurs perceptions passe et se synthétise par le cerveau. Il est reconnu que certains d’entre nous en écoutant des sons voient des couleurs. Cette audition colorée se nomme synesthésie. Depuis longtemps, les philosophes et musiciens ont travaillé à concrétiser le rapport, note de musique avec leurs couleurs correspondantes. Si pour sa part, Patrick Dupretz défend ce concept, ce n’est pour lui une intuition empirique qui est d’affirmer qu’il y a un lien d’harmonie entre son et couleur et qu’il en est de même pour la forme. L’idée que la peinture musicale ne soit qu’une métaphore poétique lui suffirait en ceci de prouver que l’art de peindre et de sculpter a la capacité d’éveiller l’imaginaire.

Selon Patrick Dupretz, sa peinture et sa sculpture sont l’incarnation formelle de l’énergie. Il ne cherche qu’à faire des compositions harmonieuses et équilibrées, les pieds bien accrochés à la terre et la tête libre dans l’imaginaire.