Anne Clémencet-David a deux passions : la randonnée et le patrimoine.

La cinquantaine venue, elle cesse son activité de conseils en recrutement pour reprendre des études d’histoire de l’art qui la mèneront à la licence. Elle découvre les Chemins de Compostelle en 1990, date à laquelle elle obtient sa Compostela après une chevauchée de plusieurs semaines sur le Camino Frances.

Depuis bientôt trente ans sa passion la pousse à partir chaque année en direction de Santiago. Entre deux randonnées, elle coache les pèlerins sur le départ lors de réunions informelles ou d’interventions dans les bibliothèques.Son ambition est de faire apprécier à leur juste valeur les chemins de Compostelle qu’elle considère comme des cheminements personnels.

Ses livres pleins d’humour, qui sont avant tout des invitations au voyage,   offrent une vision jubilatoire et sans pathos de ces voies mythiques. « La Via Podiensis. Un chemin millénaire » est son troisième ouvrage.

La via Podiensis. Un chemin millénaire

La Via Podiensis est le nom latin d’un des quatre chemins qui vont vers  Compostelle.
Partant du Puy en Velay , c’est aujourd’hui la plus empruntée des quatre voies historiques. Le départ se fait de la cathédrale Notre Dame, posée sur son piton rocheux. Du parvis, le pèlerin peut voir le  plateau désertique qu’il devra suivre comme des millions de pèlerins  l’ont fait avant lui. Ce départ si interpelant, je l’ai pris sept fois au cours de mes presque trente de cheminement. C’est pour moi le plus poignant des départs. Ce chemin du Puy si couru de nos jours, si décrit,  je lui ai donné le premier rôle ; une fois n’est pas coutume.

Pas de jérémiades ; j’ai banni le ‘je’ plein d’emphase inutile. Seuls 37 arrêts sur image  et des textes courts espérés poétiques. Un condensé de sensations pour dévoiler la ‘substantifique moelle’, l’essence même  de ce chemin millénaire.