Ancien rédacteur en chef adjoint de La Voix du Nord, président de la scène nationale du Bateau-Feu à Dunkerque, Lillois d’origine, Bruno Vouters est passionné par l’histoire, l’urbanisme, l’aménagement du territoire, la culture et l’identité régionale.

Fondateur avec quelques amis psychiatres du Journal des Fous, auteur de textes dans des catalogues d’exposition (pour les musées de Dunkerque, Villeneuve-d’Ascq, Le Cateau-Cambrésis, Mons (B) ou Calais), il a écrit de nombreux ouvrages parmi lesquels : Vincent et le docteur Gachet  (histoire de la rencontre de Van Gogh avec le médecin Lillois), Parole de survivant (témoignage d’Henri Tajchner rescapé Lensois d’Auschwitz), Le Cabaret des oubliés (roman, avec Ph Delepierre, ed Liana Lévy.), Les Ch’tis dans tous leurs objets (éd Hoëbeke), La Grande Guerre en images, en mots et en visages (Ed La Voix du Nord), Eugène (la vie et les confidences du peintre Eugène Leroy, éditions La Piscine Roubaix pour Lille capitale européenne de la culture), L’œil bleu d’Henri Matisse (ed ateliergalerieéditions), 1913 (Dialogues Théâtre), Jean et Marie (sur le sculpteur Jean Roulland et son épouse, ateliergalerieéditions).

Par ailleurs, il est auteur ou co-réalisateur de nombreux documentaires de création pour la télévision (France 3, Weo, Toute l’Histoire) : Le Sang des Autres, Rubens en coulisses, Les chariots de la mémoire, Les dessous de la préfecture, Une Terre des Hommes, Les Combattants de la Paix, Mon Louvre à moi, des portraits de Jacques Duquesne, Jean Piat, Mahjoub Ben Bella, Jean-Claude Casadesus, Pierre Mauroy, Roger Agache, Jean Le Mauve, Louis-Marie Cordonnier etc. Dans une série intitulée La Grande Guerre à cœur ouvert, il a écrit ou réalisé La mémoire des noms, Du fond de la mine au fond de la tranchée, Frères à Noël, Les camps des Oubliés

Avant de devenir rédacteur en chef de La Voix du Nord (Après des postes à Cambrai, Valenciennes, Villeneuve-d’Ascq et Lille), il pilotait et animait les pages régionales de ce journal, et, à ce titre, il a beaucoup sillonné le Nord Pas-de-Calais comme la Picardie devenus les Hauts-de-France.

 

Hauts-de-France, le voyage

 

Pour mieux connaître et mieux comprendre la nouvelle grande région, un projet concret : plonger au cœur du territoire, sillonner ses villes et ses campagnes, sonder les coeurs et les esprits. Découvrir les vies quotidiennes sans perdre le fil de l’Histoire. Regarder les paysages, observer les comportements, croiser les informations et les sensations. Entreprendre un grand voyage dans la chair des Hauts-de-France.


De Bray-Dunes à la baie de Somme, d’Ault à Château-Thierry, de Soissons à Bouvines et de Lille à Amiens, quatre grandes étapes mettent à jour les nouvelles frontières de la grande région et soulignent ses caractéristiques les plus significatives. Avec une belle surprise dans la destination finale.
Quelles sont nos réalités de base, nos valeurs communes, nos différences, nos atouts, nos espoirs ? Quels souvenirs à partager et quel avenir à construire ensemble ?

Ce voyage dans l’espace et le temps ouvre les perspectives. Un ensemble si foisonnant, du littoral à la frontière belge et de la métropole aux lisières de l’Ile-de-France, c’est stimulant et réconfortant. A condition de jouer l’ouverture. L’ouverture aux autres, l’ouverture au monde d’aujourd’hui.

Le récit des quatre étapes de voyage est complété par une série de sujets qui lient pour de bon les habitants de la nouvelle région. Et ils sont nombreux, ces sujets de rapprochement qui nous définissent et nous engagent, de la présence précoce des tribus gauloises aux technologies de pointe : les marques des deux guerres mondiales, le sens du travail, l’importance des épreuves surmontées, le déploiement du littoral, la puissance de l’agro-alimentaire, le goût de la fête, les figures révolutionnaires, les abbayes et les cathédrales, les espaces naturels, la présence de l’eau, le grand brassage humain, l’esprit d’entreprise et le sens de la solidarité, les friches et les reconversions, la diversité et la qualité du patrimoine, le parler picard, l’effervescence culturelle, la troisième révolution industrielle, le développement du tourisme…

Le voyage abondamment illustré (cartes, photos, dessins…) débouche aussi sur un grand bouquet de visages. A quoi sont viscéralement attachés les habitants des Hauts-de-France ? De quel futur rêvent-ils ? Vous verrez, ils n’ont pas l’intention de baisser les bras ! Les nouvelles frontières, ce n’est pas pour se replier !
C’est pour y grandir, ragaillardi, dans la fidélité à ce qui donne du sens à ce territoire, en étant à hauteur d’homme. On a tant construit et reconstruit, sur cette terre ! Et il y a encore tant à faire !