Romancière et essayiste, Cécilia Dutter est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages parmi lesquels Lame de fond, (Albin Michel, 2012), Prix Charles Oulmont de la Fondation de France, Vivre libre avec Etty Hillesum (Tallandier, 2018), Prix Louis-Marin, ou encore La loi du père (Le Cerf, 2019), son nouvel ouvrage qui vient de paraître aux éditions du Cerf.

Ancienne collaboratrice du Magazine des Livres et de La Revue Littéraire, elle a tenu durant deux ans une chronique dans l’hebdomadaire La Vie.

Elle est aujourd’hui critique littéraire pour le mensuel Service littéraire et pour le site Le Salon littéraire. Elle donne également deux billets d’auteur mensuels dans l’hebdomadaire Suisse L’Echo Magazine

Elle est membre du jury du Prix Simone Veil, du Prix Charles Oulmont de la Fondation de France et du Prix des Romancières, dont elle est vice-présidente.

Elle est présidente de l’Association des Amis d’Etty Hillesum.

 

 

La loi du père

À travers ce récit autobiographique bouleversant, Cécilia Dutter plonge dans ses souvenirs et relit son histoire familiale chaotique, marquée par la figure d’un père tyrannique décédé il y a trois ans, pour la comprendre et la réinterpréter à la lueur de la maturité de la cinquantaine.

Comment la petite fille de jadis s’est-elle construite sous la despotique loi du père ? Quelle force a-t-il fallu à l’adolescente, puis à la femme devenue, pour échapper à son emprise ? Quelle empreinte laisse +ce père énigmatique et contrasté – aussi jovial à l’extérieur qu’oppressif au sein du huis-clos domestique – sur la femme, épouse et mère de deux filles, qui écrit ces lignes ?

De l’angoisse la plus noire jusqu’à la paix retrouvée grâce au pardon, ce témoignage universel, implacable mais non dépourvu de tendresse, met en lumière la force de la résilience et la transcendance sacrée de la vie.