Elisabeth Bourgois : romancière et scénariste de spectacles vivants

Elisabeth Bourgois a écrit 24 livres appréciés d’un large public dont beaucoup de jeunes. Elle partage son écriture entre les romans sur des sujets de société, les romans historiques mettant souvent en valeur sa région du Nord à laquelle elle est très attachée, et les scénarios de spectacles vivants dont, en 2018 « Les Fonceurs » à Tourcoing et « Je m’appelle Marie » avec Brigitte FOSSEY.

Son dernier livre « L’Espérance du retour » (Editions du Cerf – mars 2019 ), est un récit très poignant, écrit avec Yacine et Khedidja Addi, un jeune couple d’Oran, arrivé en France en urgence pour sauver leur bébé atteint d’une leucémie gravissime.

Plus d’infos sur l’auteure : www.elisabethbourgois.com

 

 L’Espérance du retour

Ce récit est le fruit d’une rencontre entre Elisabeth Bourgois : romancière, et un jeune couple algérien Yacine et Khedidja, arrivé en France en urgence fin 2015 pour sauver leur enfant : Wassim, atteint d’une leucémie myéloïde gravissime.

La maladie grave d’un petit enfant est une catastrophe pour les parents, mais quand il faut tout quitter dans l’espoir qu’il soit sauvé dans un autre pays, le déracinement, l’isolement et la plongée dans une culture différente, accroissent encore plus le sentiment d’une lutte effroyable. C’est ce que vivent Yacine et Khedidja pour leur petit Wassim. Ils ont fuient Oran pour arriver à Rouen, seul hôpital qui accepta de soigner la leucémie gravissime du bébé. Sur conseil médical, la jeune maman va attendre un autre enfant pour qu’il puisse y avoir une greffe de sang de cordon et sauver leur fils… Mais elle mit au monde des jumelles et l’une d’elle va mourir 4 jours, plus tard.

Leur histoire complexe et parfois effrayante, a bouleversé Elisabeth Bourgois romancière et ancienne infirmière.

Elle leur a demandé de l’écrire sans se concerter, avec leur sensibilité d’homme et de femme. Cela donne un récit poignant où se mêlent l’expérience hospitalière algérienne,  leur foi immense en Allah, leurs cultures et coutumes, leurs regards d’homme et de femme. Au fil du temps arrive aussi leur désir le plus profond de retrouver leur terre et leur famille… mais quand oseront-ils repartir vers leur terre algérienne qu’ils aiment tant, alors qu’ils risquent ainsi la santé et même la vie si fragile de leur enfant, en ayant besoin de contrôles médicaux réguliers très spécialisés, qui ne peuvent se faire qu’en France ?…