Elle fut dans les années 70 et 80 une actrice incontournable du cinéma français. On se souvient d’elle dans notamment « Et la tendresse bordel » de Patrick Schulman avec Bernard Giraudeau, mais aussi « Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas? mais elle cause » de Michel Audiard avec Annie Girardot ou encore « La nuit de Varennes » d’Ettore Scola avec Marcello Mastroiani.

Elle-même réalisatrice, Evelyne Dress a aussi joué pour la télévision dans de nombreuses productions, sans oublier de multiples prestations sur les planches. Mais, c’est désormais, l’écriture qui constitue son quotidien, même si la comédienne n’a pas dit son dernier mot, avec plusieurs romans à son actif dont « Pas d’amour sans amour » adapté du film qu’elle a réalisé en 1993 avec Patrick Chesnais, Gérard Darmon, Martin Lamotte, Michel Duchaussoy, Jean-Luc Bideau, Aurore Clément, Dora Doll… Suivront notamment « Les tournesols de Jérusalem », « Le rendez-vous de Rangoon », « Les chemins de Garwolin », « La maison de Petichet ». Entre deux peintures, puisqu’elle a aussi cette corde à son arc, Evelyne Dress poursuit son travail romanesque et pour une fois fait une entorse avec « Pour l’amour de… », un récit inspiré par ses années d’enfance dans les Alpes.

Pas d’amour sans amour

Eva, célibataire de quarante ans, n’a pas fait l’amour depuis trois ans. Elle est belle, dynamique, sportive, branchée, mais les hommes se montrent quelquefois si décevants…

Réactiver ne va pas être facile, car, pour elle, « pas d’amour sans amour ».

Une comédie de mœurs drôle et décontractée, clin d’œil aux années quatre-vingt-dix.