Léo Lapointe est né sur la Côte d’Opale, il partage sa vie entre Baie de Somme, Belgique et des missions à l’étranger, Afrique, Moyen-Orient, Amérique Latine.

Loin de son ancienne vie professionnelle consacrée aux questions plutôt arides de la politique sociale et des problématiques de l’emploi, il écrit des polars et des romans historiques.

Un a été édité par Krakoen (Veuve Coquelicot), deux par Pôle Nord Editions (Le Planqué des Huttes, Quai des Luttes et cinq ont été édités par la maison Ravet Anceau de Lille, (Le vagabond de la Baie de Somme, La Tour de Lille, Mort sur la Lys, Droit de Véto, l’Africaine du Havre). Le sixième, Sauvage Marquenterre, marquait le retour du gendarme Paul Bauvillain qui avait été créé pour le Vagabond de la Baie de Somme, titre qui est toujours présent dans les rayons 15 ans après sa première édition et qui a fait l’objet d’une adaptation audiovisuelle diffusée à plusieurs reprises sur les télévisions française, suisse et belge.

Le septième, édité désormais par Airvey éditions, Les Petits chemins ne sentent plus la noisette, mettent en scène à nouveau le gendarme Beauvillain confronté à une mort mystérieuse en forêt de Crécy.

Sauvage Marquenterre

Un automne lugubre s’abat sur le parc du Marquenterre lorsqu’un groupe de cavaliers découvre un cadavre sur lequel s’acharnent des sangliers. Les mammifères ont déchiqueté le corps, saccagé la scène de crime. L’entêté adjudant Beauvillain est parachuté directeur d’enquête. La victime ? Casimir de Waben, un homme d’affaires s’étant payé une partie de la forêt pour y installer un complexe hôtelier démesuré. Des individus de tout poil entourent l’affairiste : militants écologistes, concurrents envieux, salariés ambigus… Qui est passé à l’acte ? Et à qui appartiennent les traces de pas retrouvées dans la forêt ?