Engagée dans la « Campagne du mouvement pour la justice en faveur des victimes du massacre de 1988 », elle se bat aujourd’hui pour faire traduire en justice les auteurs de ce « crime contre l’humanité resté impuni ».

Elle est une ancienne prisonnière politique et son frère cadet, Ahmad Raouf Basharidoust, est une victime de ce massacre

 

 

 

Un petit prince au pays des mollahs

Ahmad était jeune, intrépide, courageux, et animé par des idéaux de liberté, de partage et d’égalité.

Porté par l’espoir de les faire connaître un jour à son pays et à son peuple, il a fait face à la violence du régime totalitaire des mollahs, s’engageant au péril de sa vie dans une longue et difficile lutte, qui l’a mené jusqu’en prison.

Tout comme lui, de nombreux résistants de tous âges et toutes conditions ont fait face à la tyrannie du régime de Khomeiny, et ont affronté dès leur plus jeune âge l’obscurité et la souffrance des prisons.

Ils sont 30 000 à avoir péri lors du massacre de 1988 dans les prisons, organisé par le pouvoir iranien.

La grande majorité d’entre eux avaient moins de trente ans ; beaucoup étaient détenus depuis l’âge de 13 ou 14 ans.

Cet ouvrage leur est dédié : puissent ces innombrables roses rouges de la résistance du peuple iranien ne pas tomber dans l’oubli.