Vincent Knock est né en 1973, de son propre aveu « pas au bon moment, ni au bon endroit ».
A fait partie du paysage musical Lillois à la fin du siècle dernier : catégorie « rock énervé ».
Titulaire de trucs universitaires très utiles pour gagner au Trivial Pursuit. Après des études supérieures fatigantes, il est devenu enseignant pour se reposer.
Il vit quelque part près de Lille, cette ville grise comme un rideau de classe de lycée technique qui continue de l’inspirer.

Dans ses romans  de société Le début de rien (2009), Mâle en patience (2015, Courant alternatif (2017) ou encore le thriller Une nuit à Tuer (2017), il raconte les affres de l’adulescence, ce passage qui ne se fait pas où l’on est jeune de plus en plus vieux et qui se transforme en terrain miné.

Avec Repaire de fantômes, maison hantée à Lambersart (2020), il se tourne vers la littérature jeunesse en mettant en scène des héros proches de l’univers enfantin : la Sk8 Division, une bande d’enquêteurs-skateurs, qui résout des énigmes entre deux glissades.

www.vincentknock.fr

Une nuit à tuer

Pour décompresser de leurs examens, cinq étudiants se rendent à une rave party dans le fin fond d’une campagne arriérée.

Près d’un lac, la cabane de chasse du père de l’un d’entre eux leur fournira une base de repli enviable quand ils seront trop fatigués par la fête. Mais c’est sans compter sur la présence dans les parages de tueurs fanatiques, bien décidé à en découdre avec ces tarés de la ville et leurs airs supérieurs.